Brumes


 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La promesse non tenue, une ombre s'avance.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sacré du Ciel
L'Ombre de Lave
avatar

Nombre de messages : 136
Localisation : Dans le néant.
Date d'inscription : 04/03/2007

MessageSujet: La promesse non tenue, une ombre s'avance.   Dim 4 Mar - 0:40

La démarche voutée, les ailes repliées contre son dos où seule une cicatrice profonde et ancienne venait entacher la pureté de son derme, s'avançait une silhouète connue de chaque personne vivant au sein de cette guilde. Qui aurait-il pu tromper en s'avançant? Personne, malheureusement, pas eux, oh non.. Pas ceux qui furent avant des membres de l'Assemblée de l'Ombre. Sa cape rouge sang flottait derrière lui, le col relevé lui donnait l'allure d'un vampire. Ses yeux avaient perdu toute vivacité, seul le gris terne de sa tristesse survivait aux assauts habituels de politiques et de survie. Il avait longtemps hésité à venir les voir. Cette discussion avec KaniBhaal l'avait blessé de manière plus profonde encore que chaque blessure infligée jusqu'alors par les départs et les trahisons. Il avait supporter les voir partir, tous, les uns après les autres. Il avait supporté retirer le blason de Taz, qu'il aimait comme un frère. Il avait, à chaque fois, un peu plus ouvert une blessure qui ne cicatriserai jamais, alors qu'il était immortel et possédait un corps se régénérant plus vite que la normale. Il était maitre des soins, des potions et de la vie, et ne pouvait soigner une blessure infligée à ce qu'il n'avait jamais pu maitriser, son coeur. Qui aurait pu prétendre le connaitre, mis à part les deux êtres qui s'étaient unis pour la fin des temps par leurs paroles et leurs gestes? Personne ne le connaissait tel qu'il était. Xardnogard son fils, avait une fois prétendu que son père était un océan de cruauté submergeant un coeur immensément pur et d'or. Avait-il raison? Un rictus déforma le visage de la silhouète qui n'avançait plus. Elle s'était arrêté et réfléchissait. Qui était il? Un assassin, un monstre? Un de ces enfoirés qui ne laissaient que larmes et sang derrière eux? Qui était il pour oser prétendre être sacré par les cieux? Personne de son histoire n'est témoin. Pourtant il est là, il vit, respire, souffre, chaque jours un peu plus, de cette cruelle entaille faite dans son coeur.
- Malsoir, Tisseur.
- Malsoir, Ombre.
Cet ultime échange personnel avec la personne qu'il admirait, en qui il avait posé de la confiance et même de l'amour fraternel l'avait achevé. Son coeur était pris dans une hémoragie, celle dont la mort n'est que l'unique échapatoire. Il soupira. Combien de fois avait il pensé à cela? Combien de fois s'était il dit qu'il n'était fait pour cette vie? La mort l'obsédait. Il avait six cent ans. Pas un de plus. Sa mère l'avait abandonné, sa tante l'avait renié, son père était mort le jour de sa naissance, la seule personne qu'il aie aimé de tout son être ne résidait que trop rarement en Amakna.. Alors pourquoi? Pourquoi devait il continuer à vivre? Peut être aimait-il cela. Le rictus devint sourire sur son visage.
A ses pieds se tenait une chachate au poitrail rouge. Elle aussi, elle ne pouvait les tromper. Qu'était il venu faire à cet endroit? Il ne le savait, il avait seulement suivi l'appel de son corps, l'appel irrésistible de la famille séparée qui ne demandait qu'à se retrouver.. se rassembler.
De glace. Les larmes de Céridwen marquaient sa mémoire. Il pouvait prétendre la comprendre, la connaitre et pouvoir lui parler franchement, mais ces larmes étaient pire que le fait de l'avoir assassinée. Et ce que tite lui avait dit.. Qu'il agissait comme Radamanthe.
Il regarda longuement l'édifice des Brumes. Ne bougeant pas, ses ailes repliées contre lui même, la tête et le dos droit. Sa cape, au col toujours relevé, était entre-ouverte au niveau du poitrail, et la chemise toujours ouverte laissait entrevoir un tatouage. Une brûlure, pour être plus précis, une brûlure à feu et à sang.. qui avait marqué à jamais la peau imberbe et parfaite de cette personne. Le blason de l'Assemblée de l'Ombre. A son bras, nul blason de siégeait à présent. Nul appartenance. Il n'était que tel un ronin, sans foyer. Pourtant, l'Assemblée de l'Ombre était toujours sienne. Il était le maitre des Ombres, mais avait échoué dans sa promesse.
Un nouveau soupir sorti de son corps. Il déplia ses ailes, baissa son solomonk, essuya les trainées noires qui lui sillonnaient les joues, et s'avança vers l'édifice.
Une fois les larmes taries, quand la tristesse est infinie, viennent les larmes du désespoir et de l'amour, les larmes de sang, pensa-t-il en regardant ses mains maculées de son propre sang, qu'il venait d'essuyer de son visage. Brumes.. appella-t-il, d'un murmure neutre, mais implorant, pardonnez moi, murmura-t-il dans un souffle.
Il fissonna, et referma sa cape. Le puit de lave le plus proche commençait à bouillonner, et les fissures du sol laissaient couler la lave dans la direction de la silhouète. N'attendant pas de réponse à son acte, la silhouète s'agenouilla, et pour la première fois, Sacré parla. Il ne murmura pas, mais parla, de sa voix, celle qui n'avait retenti depuis qu'il était devenu l'Ombre de Lave, le maitre de la Lave et du Feu:
Sacré du Ciel, l'Ombre de Lave, vous implore votre pardon, ô brumes !
Elle n'était, contre toute attente, ni rauque, ni douce. Elle était ardante, mais implorante, chantante et criante. Ainsi agenouillé, en position de faiblesse et regardant le sol, parfois secoué d'un sanglot, Sacré attendit une hypothétique réponse.. Allait-elle venir?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
KaniBhaal
Le Tisseur de Brumes
avatar

Nombre de messages : 43
Date d'inscription : 15/01/2007

MessageSujet: Re: La promesse non tenue, une ombre s'avance.   Lun 5 Mar - 9:38

Emmitoufflé dans un manteau de brumes, dont les teintes n'étaient plus désormais, et depuis quelques jours, que ténèbres profondes d'un désespoir maintenant à son paroxysme, le Tisseur observait. Depuis qu'il avait quitté l'Assemblée, le sram n'avait eu de cesse que d'essayer de se détacher d'elle, n'avait eu de cesse d'essayer d'éloigner de lui les anciens... pour qu'ils puissent faire leur temps sans attendre sa présence. Sécheresse et cassure, errance et solitude lorsque le Cénacle avait commencé à s'effondrer, avant qu'il n'en parte, s'étaient emparées de KaniBhaal. Et personne ne s'en était aperçu, personne n'était venu tentr de l'en sortir. N'avait-on donc eu d'intérêt pour lui que pour ce qu'il avait représenté, et non pour lui-même? Nombreux et nombreuses furent ceux qui lui avaient lentement tourné le dos, au fil du temps, nombreuses étaient les longues discussions d'autrefois qui n'avaient aujourd'hui plus lieu, jamais. Et la situation n'était aujourd'hui que pire par rapport au passé. Les brumes, non pas la guilde, mais les brumes n'étaient plus siennes. Si elle l'entouraient encore, ce n'était que pour mieux l'absorber, mieux le faire disparaitre... mieux le changer lui-même en simples fumerolles dissipées, sans vie, sans voix, sans âme, sans passion... et il ne se sentait plus la force de se battre, à quoi bon d'ailleurs, lui restait-il un intérêt dans cette bataille?

Dans un soupir, le Tisseur murmura.


Je ne peux te pardonner Sacré, car tu n'as fait qu'être toi-même. Et l'on ne peut accuser de faute quelqu'un qui est lui-même. Je t'excuse cependant de t'être agenouillé, mais je ne te veux plus jamais voir recommencer cela, et ce n'est déjà pas la première fois que je te le dis et le sram fut affecté d'un très pâle sourire nostalgique.
Reprend ta fierté : c'est elle qui t'a fait. Tu fus parmis les Ombres, et ce n'était pas pour rien. J'espère que désormais tu auras compris ce que j'ai pu vivre, ce que... Ceri... a pu vivre.
Si tu n'es venu ici que pour baisser la tête, chercher pitié de te voir ainsi, sache qu'en ce qui me concerne je ne t'en donnerai pas, ce serait t'insulter si je te voyais au travers d'yeux de pitié.
Cesse les jérémiades, les pardons, les excuses, les larmes, et relève-toi! Car j'espère bien que ce n'est pas que pour faire le serpentin que tu te tiens face à nous aujourd'hui.


La voix du Tisseur frissonna, devenant presqu'inaudible, hachée, comme s'il lui fallait faire un constant effort pour en maintenir le son

Alors debout... et parle....

Le silence...

_________________
La confiance se gagne en gouttes, alors qu'elle se perd par seaux
La confiance se gagne en groupe, alors qu'elle se perd par sot. ©Taz
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brumes.frbb.net
Sacré du Ciel
L'Ombre de Lave
avatar

Nombre de messages : 136
Localisation : Dans le néant.
Date d'inscription : 04/03/2007

MessageSujet: Re: La promesse non tenue, une ombre s'avance.   Lun 5 Mar - 19:03

Il savait qu'il avait l'air ridicule, mais combien de fois s'était il montré tel qu'il n'était pas? Lentement son regard quitta le sol, et ses genou repoussère sa carcasse entière afin qu'il se tienne debout. Les effets du temps étaient plus que jamais visible sur ses traits, et c'est dans un ultime effort qu'il tenta de ne pas laisser son visage se décomposer sous l'assaut constant des sentiments qui étaient à leur apogée au moment où Kani lui parla. Il n'aurai pu le dire, et sa pensée était confuse, mais il fut soulagé que KaniBhaal fusse le premier à venir.. Alors il parla, de cette même voix qui lui était étrangère, et dont il ne se servirai pas avant un moment sans doutes, car personne ne se tenait en son estime assez haut pour qu'il l'utilise, mis à part la personne et quelques autres qu'il pourrait avoir devant lui en ces lieux.
Seul dans le Cénacle, je n'ai pu comprendre. Je n'ai pu subir. Je n'ai pu que déduire.. Alors mes pensées se sont perdues dans le passé. Passé qui n'est plus depuis que le présent est présent, que le passé est passé et que le futur sera. Je nous suis revus, nous .. lors de notre première rencontre. Tu étais vétu de brumes, et moi j'étais en tenue de noblesse, croyant tout savoir sur ma cité, la protéger au mieux et étant suppérieur à la plèbe que formait le peuple. Ce soir là, KaniBhaal, tu m'as appris la modestie, et l'as gravé au plus profond de mon âme. Tu m'as inculqué le savoir, l'histoire de notre cité, et je n'ai pas bronché. Je t'ai admiré dès le premier jour. Peut être ai-je été trop aveugle .. Trop ..
Il se tu longuement, puis reprit.
Après une heure d'une longue discussion, passionnante et qui débuta en moi la transformation qui n'est aujourd'hui toujours pas accomplie, tu m'offris le blason des Ombres. Et vous m'apprirent tous, tous autant que vous fûtes, ce que famille signifiait..
Il eut un hoquet de rire, et lacha d'un ton ironique.
Je n'ai jamais utilisé le mot Ombreux, mais toujours le mot Ombre. Je ne sais pourquoi, ni comment .. Est-ce si grave d'être stupide?
Il leva la tête et regarda le ciel nuageux de Brakmar. Il frissonna une nouvelle fois et s'emmitouffla de plus belle dans sa cape.
Je n'ai été qu'un sot, tout le temps que fut ma vie, jusqu'à présent. J'ai toujours remis en question le peu de confiance que tu eus en moi, me trouvant indigne d'être une Ombre, ou un Ombreux, c'est selon .. Bon nombre de fois j'ai voulu partir, non pas pour vous abandonner, mais pour vous épargner ma présence désastreuse au sein du Cénacle. Cela est ma première faute. Vous m'avez toujours retenu, toujours su trouver les mots qui, sans rien dire, m'ont refait sourire, et redonné courrage. Quand ce fut mon tour de vous retenir, je n'ai su trouver les mots qu'il fallu, et un sentiment d'impuissance en moi s'est installé. Cela est ma deuxième faute. En partant, tu m'as appris la sagesse, toi dont personne ne l'égale, dont personne ne peut se prétendre plus sage, Kani, et je l'ai apprise et .. acquise. Il murmura alors: Mais à quel prix?
Il se tu alors et regarda Kani droit dans les yeux, sans pudeur ni honte.
Je vous ai fait la promesse incensée que l'Assemblée survivrai. Cela est ma troisième faute. Je me suis alors enfermé dans un univers de souvenir, où toi, Céri, et les autres, étaient présents. J'ai tout fait pour que tout redevienne comme avant, sans y parvenir, car cela devait de toutes manières échouer. Cela est ma quatrième faute, d'avoir espérer que vous reveniez. Tu t'es alors violament écarté de l'Assemblée, rompant tous les sentiments de fraternité à mes yeux que les deux guildes auraient pu avoir. Tu es apparu à mes yeux comme un homme cruel et pour qui je n'ai été qu'un pion. Cela est la pire des fautes que j'ai commise. J'ai douté de toi.. mais j'ai enfin compris ce que tu as tenté de m'apprendre par cette méthode. L'indépendance, être moi même et voler de mes ailes. Mon ultime faute est de ne pas avoir vu à temps ta souffrance, ni ta tristesse. Tu ne verses pas de larmes, tu ne hurles pas à la mort, tu ne restes que silencieux lors de ta souffrance. Je n'ai su la déchiffrer, ni la comprendre.. C'est pour cela que je demande pardon. Pour ces fautes, qui à mes yeux, ont couté la vie de l'Assemblée, et la mort de nos coeurs, à tous.
Sacré se tu alors, serrant poings et dents afin de ne pas perdre sa dignité une nouvelle fois devant l'homme qu'il admirait, qui lui avait appris tant de choses. Il se doutait que cet homme était agacé par Sacré, que ses actions l'exaspéraient au plus haut point, mais c'était la manière de Sacré de faire comprendre qu'il était désolé, qu'aucun mots ne pourrait jamais, aussi justes soient ils, égaler l'immensité de son désaroi, de sa haine envers lui même. Le silence parla pour lui, le vent souffla de manière brûlante sur son corps, multiples coups doux et agressifs à la fois sur son frêle corps d'éniripsa, et attendait secrètement quelque chose, qui ne viendrait surement jamais, mais comme on dit, l'espoir fait vivre, et ce qui ne tue pas rend plus fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
tazlefou
Sram Eclairé
avatar

Nombre de messages : 259
Localisation : au coin le plus sombre d'une taverne
Date d'inscription : 19/01/2007

MessageSujet: Re: La promesse non tenue, une ombre s'avance.   Mar 13 Mar - 10:53

Des larmes de sang coulaient le long de son visage, caché dans les brumes, il pleurait, il pleurait la mort de l'assemblé, ce lieu qui l'avait sauvé du désespoir et fait de lui ce qu'il était aujourd'hui.

Il pleurait l'éclatement de ce qu'il considérait comme sa famille, plus que des amis, et qu'il aimait plus que tout sur cette terre.

Il pleurait le désespoir qu'il lisait dans le regard de cet être qu'il aimait et qu'il voyait comme l'ombre de ce qu'il était.

Il pleurait sur la fierté de ceux qu'il aimait et qui les faisait s'entredéchirer et se détruire.

Il pleurait sur ce qui fût et ne serait plus.

Nulle parole ne pouvait s'échapper de sa gorge trop serrée, nul mot, qu'il soit d'encouragement ou de reproche ne pouvait franchir ses lèvres.

Comme il en avait l'habitude, sa lacheté devant sa propre tristesse le força à s'enfuir, il savait ou ses pas le conduiraient, le jetant dans la première taverne venue, il boirait jusqu'à noyer son désespoir, il oublierait.

Oui ... il oublierait ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La promesse non tenue, une ombre s'avance.   

Revenir en haut Aller en bas
 
La promesse non tenue, une ombre s'avance.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» EA attaqué pour promesse non tenue pour Battlefield 3
» Tenue d'un Conseil de la Horde
» Tenue rp "noire" en plaque (all lvl :P)
» carte de l'ombre et "n'importe qu'elle phase"
» Tenue de druide (solstice) et sacktue de la liberté

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Brumes :: A la Lisière des Brumes :: Le Grand Hall :: L'alcôve des visiteurs-
Sauter vers: